Vivre la pêche au homard en Gaspésie

Sa chair savoureuse et délicate est un des plaisirs gastronomiques les plus appréciés au Québec. Qu’on le mange entier, accompagné d’un peu (beaucoup) de beurre, en salade ou en guédille, le homard est un régal. Line et Sylvain Arsenault, un couple de Bonaventure, en Gaspésie, offrent aux voyageurs de participer à la pêche commerciale de ce crustacé à bord de L’Omirlou. Métro a vécu cette expérience hors du commun qui permet de découvrir le quotidien des pêcheurs côtiers.

D’avril à septembre, l’équipage de L’Omirlou accueille des passagers pour pêcher le homard, le maquereau et le crabe commun. Nous étions de passage dans la baie des Chaleurs juste à temps pour les derniers jours de la saison du homard, qui se termine à la fin de juin.

Il faut se lever tôt pour pêcher ce crustacé. Notre rendez-vous au quai de Bonaventure est fixé à 4 h 30. Le réveil est difficile, mais la splendeur du lever du soleil sur la baie des Chaleurs fait rapidement oublier les trop courtes heures de sommeil. D’autant plus qu’avec le forfait hébergement (voir au bas du texte), nous avons eu droit à un petit déjeuner et, surtout, à une grosse tasse de café avant le départ!

Pendant que Louis-Philippe, aide-pêcheur et cadet de la famille, prépare les appâts et qu’Olivier, l’aîné, embarque le matériel de pêche, nous enfilons une salopette imperméable, des bottes de pluie et des gants de protection. L’excursion peut commencer!

Certifications & engagements